Stress_reprise_travail

Comment gérer le stress de la reprise du travail et ses multiples implications après les vacances ?

Article Mindler rédigé par Claire-Maria Abarca

Claire-Marie Abarca est spécialisée dans les thérapies comportementales et cognitives. Diplômée depuis dix ans, ses différentes expériences professionnelles, lui permettent de vous accompagner de façon intégrative et bienveillante.

Comment conserver le bénéfice des vacances ?

Ca y est, la pause estivale est terminée, adieu journées dédiées uniquement aux plaisirs bonjour le tumulte de la rentrée. 

Dans notre monde hyper connecté, où tout va toujours plus vite, comment garder la tête hors de l’eau pour ne pas perdre en quelques jours les bénéfices de plusieurs semaines de vacances ? Comment maintenir un équilibre entre le quotidien au travail et nos besoins de nous ressourcer ? 

Cela fait maintenant plusieurs semaines que le quotidien est coupé. Nous vivons au rythme des vacances et quel bonheur. Exit les obligations, les rendez-vous et la to do list interminable, au programme se laisser aller au rythme des marées, du vent et du soleil. Le ressenti : un mieux-être, une disponibilité plus grande, moins d’irritabilité…. Et si je vous disais que l’on peut maintenir ces bénéfices sur l’année avec l’aide de quelques outils…

Avant de se mettre en action

Avant la reprise, essayez de prendre conscience de ce qui vous ressource pendant les vacances. Est-ce le fait d’avoir plus de temps pour vous?  le temps de vous adonner à des activités que vous ne vous autorisez  pas pendant l’année, de consacrer du temps à des moments de partage en famille entre amis, de profiter de plus d’heures de sommeil, d’avoir une charge mentale moins importante …

Pour mieux prendre conscience de vos ressources :

  • faites une liste de ce qui vous ai le plus agréable quand vous êtes en vacances (vous pouvez la faire durant vos vacances directement = tenir un journal de bord, ou après coup en vous remémorant les choses qui vous ont procuré le plus de plaisir, détente)
  • Tenir une liste des petits plaisirs, facilement accessibles, dans votre quotidien, et piocher dedans quand vous sentez votre niveau d’énergie baisser.
    Par exemple : un après midi sieste, lire un roman/ Bd, se lancer dans une activité créative, une promenade dans la nature, aller au marché, s’évader, découvrir une ville inconnue, se faire un thé, un bon plat, prendre une douche, un bain, acheter des fleurs, prendre soin de son intérieur.

Si vous êtes en difficulté pour définir vos ressources, vous pouvez aussi, vous référer à notre programme d’auto-aide ITCC “La boussole de vie”.

En savoir plus sur le stress

“Plus d’un Français sur 2 se déclare souvent stressé (54%)*”

Qu’en est il pour vous ? Le stress peut être encore plus important lors de nouvelles situations. La période de la rentrée est connue pour être une période de renouveau, de remise en question. Pour les enfants : changement de classe, nouvelle maîtresse…

Bien que le stress soit une réaction naturelle et essentielle à notre survie, une exposition prolongée au stress sans ressources peut concourir au développement de pathologies.  

Nous pouvons diviser les symptômes de stress en quatre catégories différentes :

  • cognitive (par exemple pensées)
  • physique (par exemple tension musculaire)
  • comportementale( par exemple irritabilité)
  • émotionnelle (par exemple anxiété, culpabilité).

Les symptômes de stress sont un signal d’alarme envoyé par votre corps pour vous alerter sur son épuisement, le fait qu’il s’use. 

Le temps, facteur important du stress

Parmi les facteurs de stress les plus courants, le manque de temps, est un facteur important. Durant les périodes de congés ce facteur est forcément diminué. Avez vous pu constater que le facteur temps est important pour vous ? Avez vous tendance à vous dire “je suis débordé”, je n’y arriverais jamais”, “je n’ai aucun temps pour moi ?”

Le temps est par définition immuable, la seule action que nous pouvons avoir sur le temps c’est sa gestion. 

Un temps mal maîtrisé peut nous amener à épuiser nos ressources, à commettre des erreurs et à être insatisfait. Si le temps est mal maîtrisé un cercle vicieux peut commencer à se mettre en place : votre niveau de stress augmente, une fatigue physique importante peut commencer à se mettre en place, les décharges d’adrénaline et de cortisol augmentent. De ces éléments découlent une perte de confiance, le sentiment de ne plus être capable de faire face, une démotivation, voire une forme de culpabilité de ne pas être à la hauteur. 

Savoir gérer son temps consiste à planifier nos tâches en fonction du temps nécessaire pour les réaliser et de leur importance/ urgence, tout en respectant un équilibre entre les obligations professionnelles, familiales, personnelles et les activités ressources. 

Gérer son stress, c’est souvent gérer son temps

Dans un premier temps, il est intéressant de dresser un état des lieux de la façon dont vous disposez de votre temps. La mise en place de routines peut aussi permettre de dégager du temps car elles sont automatisées et par conséquent moins énergivores. Enfin, déléguer peut permettre de se dégager du temps à soi pour ses ressources personnelles. Voici quelques pistes intéressantes à prospecter :

  • Tenir un journal de bord sur plusieurs jours peut vous aider à mieux comprendre comment vous utilisez votre temps. 
  • Créer des routines peut vous aider au quotidien à maintenir du temps disponible pour vos activités ressources. 
  • Déléguer, partager la charge. Définir avec les différents membres de la famille à qui revient telle tâche, créer un planning pour que chacun se responsabilise. 

Notre allié : le cerveau

Un autre allié dans le tumulte de la rentrée, notre cerveau. Notre cerveau ne perçoit pas la différence entre la réalité et les pensées, il active dès lors le même type d’hormones. 

Alors repensez aux vacances, créez et  regardez les albums photos, recréez dans votre tête tous les éléments de ce lieu où vous vous étiez senti si détendu. Toutes ses petites actions devraient permettre la libération d’hormones de bien-être (ocytocine, dopamine, sérotonine, endorphine) et ainsi permettre de faire baisser le taux des hormones liées au stress. 

En conclusion, en cette période de rentrée, il faut tirer des leçons de nos vacances et continuer de nous accorder des moments de ressources, absolument essentiels, à notre santé et trouver une organisation cohérente pour ne pas nous laisser déborder en priorisant nos actions. 

Si malgré ses quelques conseils et outils l’approche de la rentrée génère des ruminations et des symptômes importants n’hésitez pas à prendre contact avec un de nos psychologues pour être accompagné dans cette situation difficile.

Bonne rentrée à toutes et tous !

*(IPSOS Sondage réalisé auprès de 1005 personnes, constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées du 3 au 12 août 2015 selon la méthode des quotas.)Comment gérer le stress de la reprise du travail et ses multiples implications après les vacances ?